Robot VAPP

Définition de notre sujet

photo du premier robot lunaire

Depuis les années 80, les robots sont de plus en plus utilisés. C'est le secteur industriel qui s'en équipé le premier avec « l'Unimate », premier robot industriel. Vendu à partir de 1961 et utilisé pour la première fois sur les lignes de montages de General Motors. Pour la plupart des industries, comme celles de l'automobile, du travail des métaux et de la fabrication de machines, où l'on emploie ou envisage d'employer des robots, il s'agit essentiellement de préserver ou de reconquérir un avantage sur le marché de la concurrence en abaissant les coûts unitaires de production et en améliorant la qualité des produits. Mais, pour certaines industries, l'intérêt des robots est qu'ils peuvent fonctionner dans des milieux dangereux et, ainsi réduire les risques que certaines tâches présentent pour l'Homme.

L'industrie de la production d'électricité en est un exemple. Bien que la plupart des fabricants de robots ne considèrent pas que les compagnies d'électricité représentent un marché potentiel important, ils n'en étudient pas moins des robots pour des applications spéciales qui seront chargés d'assurer des tâches d'inspection et de maintenance à l'intérieur des centrales nucléaires où les niveaux de radioactivité sont trop élevées. La chaleur, l'humidité et la radioactivité excluent la présence d'être humains ou limitent considérablement leurs possibilités de travail. Pour bon nombre des tâches à accomplir dans une centrale nucléaire, les robots viendraient utilement compléter les effectifs; ils libéreraient l'Homme de certains des travaux les plus pénibles et les plus inconfortables et, éventuellement, permettraient d'accomplir certaines tâches pendant que la centrale resterait en marche, réduisant ainsi les effectifs nécessaires et limitant d'autant plus les risques des employés.

photo du premier robot industrielDans de nombreuses applications industrielles, on cherche à remplacer l'homme par des machines plus productives, plus précises et donnant de meilleurs résultats. En revanche, pour les applications nucléaires, il ne s'agit pas tant de remplacer l'homme que de le prolonger, en lui permettant par exemple d'accéder, par robot interposé, dans des parties des centrales nucléaires où la température ou les rayonnements interdisent ou limitent le séjour de l'Homme.

Le recours à des robots pour l'inspection et la maintenance des centrales nucléaires est surtout motivé, sur le plan économique, par les possibilités qu'ils offrent d'augmenter la disponibilité des centrales; accessoirement, ils permettent en outre de réduire la radioexposition du personnel.

Nous avons décidé dans notre groupe de Projet que, contrairement à ce qui se passe pour la plupart des applications robotiques, nous ne voulons pas remplacer l'homme, nous voulons qu'il reste dans le circuit et qu'il puisse observer le travail du robot, prendre des décisions et lui donner des ordres.